Personne n'aime les pop-ups,
sauf quand il y a un chiot !

Découvrez l'espace de suivi de votre chiot et bénéficiez de conseils sur mesure, des promotions dédiées sur nos aliments, des outils pratiques : carnet de santé de votre compagnon, carnet d'adresses...

Créez l’espace de suivi
de votre chiot

Bénéficiez de conseils sur mesure, des promotions dédiées sur nos aliments, des outils pratiques...

Mon chien a mauvaise haleine

https://www.wikichien.fr/wp-content/uploads/sites/4/fotolia_10483828_s.jpg

La mauvaise haleine, aussi appelée « halitose », peut avoir différentes origines :

Origine buccale

Dans 85 % des cas, l’halitose est une conséquence d’une infection de la cavité buccale. Elle est due à l’activité des bactéries qui se multiplient en utilisant des acides aminés soufrés présents dans des protéines de la salive, des cellules desquamées et de débris alimentaires. Le métabolisme bactérien est ainsi à l’origine de composés soufrés volatils responsables de l’odeur nauséabonde.

Les facteurs favorisants sont :

• La réduction du flux salivaire responsable de la mauvaise haleine au réveil
• Un pH salivaire alcalin
• La stagnation des débris alimentaires
• Les saignements lorsque les lésions buccales sont ulcérées.

Origine digestive:

L’air expiré peut provenir directement du tube digestif lors d’éructation. Mais le plus souvent, il s’agit de substances dissoutes dans le sang lors de la digestion qui diffusent à partir des capillaires pulmonaires vers l’air expiré. C’est l’explication de l’haleine particulière exhalée après consommation d’épices ou d’ail.

Autres origines

• Infection nasale ou broncho-pulmonaire
• Lors d’insuffisance rénale, l’ammoniac en excès peut diffuser par le sang jusqu’aux poumons et être éliminé lors de l’expiration.
• Lorsque le diabète entraîne un état d’acidose, le même mécanisme permet parfois détecter une odeur aigrelette dans la salive.

Comment prévenir et lutter contre l’halitose ?

Cela passe bien sûr par le traitement des causes, en particulier celui d’une maladie respiratoire ou générale si elle existe.

Hygiène bucco-dentaire

Le mieux est évidemment de prévenir la multiplication bactérienne. Cela ne peut s’obtenir que par brossage pluri-hebdomadaire afin d’éliminer la plaque dentaire au fur et à mesure, ou par application d’antiseptiques sous forme de gels ou de comprimés adhésifs.

Lorsque l’halitose existe, signe que la maladie parodontale est plus avancée, le traitement implique des soins chirurgicaux. L’objectif n’est pas simplement d’enlever le tartre visible comme on le croit souvent. Il s’agit de nettoyer et de désinfecter les poches qui se forment sous la gencive, là où les débris alimentaires s’accumulent et où les bactéries attaquent les tissus de soutien de la dent. Le traitement se termine par un polissage de l’émail pour éviter la reformation rapide de la plaque.

Mesures alimentaires

Les aliments humides ont une structure molle qui favorise le dépôt de particules alimentaires. En revanche, les jouets et les aliments durs et très fibreux à mâcher participent à la prévention de la plaque dentaire grâce au brossage mécanique qu’ils permettent, mais malheureusement toujours de manière incomplète.

A propos de la composition des aliments eux-mêmes, beaucoup de travail reste à faire sur les ingrédients et les substances pouvant être utilisés afin d’agir sur la plaque dentaire et la flore bactérienne.

Ex : les polyphénols de thé ont une activité inhibitrice vis à vis d’enzymes bactériennes responsables de la destruction des tissus parodontaux.

Conclusion

La probabilité d’apparition de l’halitose augmente en même temps que l’espérance de vie des chiens et chats, à cause des maladies qui accompagnent le vieillissement. Mais la mauvaise haleine n’est pas un phénomène inéluctable : dans ce domaine comme dans tous les autres, une bonne hygiène et des bilans de santé réguliers peuvent permettre de limiter son incidence.

Recevez nos conseils personnaliséspour prendre soin de votre chien

Vous aimerez aussi ces articles voir tous les conseils pour mon chien